GABAC

Signature d’un Accord de Siège entre le GABAC et l’Etat Gabonais

le Secrétaire Permanent du GABAC (deuxième à partir de la droite) au cours de l’audience accordée par le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, chargé des Gabonais de l’Etranger (troisième à partir de la droite)

Activités menées au Ministère des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’intégration régionale, chargé des Gabonais de l’Etranger, le 20 Décembre 2016, par le Secrétaire Permanent du GABAC.

 Le 20 décembre 2016, Secrétaire Permanent du Groupe d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique Centrale (GABAC) a mené deux activités de haute portée diplomatique. Il s’agit de l’audience que lui a accordée Son Excellence, Monsieur Pacôme BOUBELET BOUBEYA, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’intégration régionale, chargé des Gabonais de l’Etranger et, de la signature de l’Accord de siège entre le gouvernement de la République Gabonaise et le GABAC.

  1. De l’audience avec le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’intégration, chargé des Gabonais de l’Etranger

En prélude à la signature de l’Accord de siège entre le Gouvernement de la République Gabonaise et le GABAC, son Excellence, Monsieur Pacôme BOUBELET BOUBEYA a conféré avec Monsieur Désiré Geoffroy MBOCK, Secrétaire Permanent du GABAC.

Le Secrétaire Permanent du GABAC a, dans son propos introductif, remercié l’homme d’Etat Gabonais d’avoir accepté de le recevoir et s’est réjoui de l’heureux aboutissement du processus de relocalisation du GABAC à Libreville.

Présentant l’institution qu’il dirige, Monsieur MBOCK a rappelé que le GABAC, né de la volonté des chefs d’Etat de la sous-région de s’arrimer à la dynamique internationale de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, a pour mission de promouvoir les normes relatives à la lutte contre ces fléaux.

C’est ainsi que dans le cadre de la connaissance du phénomène criminel lié au blanchiment et au financement du terrorisme, le Secrétaire Permanent a fait part à son interlocuteur des études menées ces deux dernières années par le GABAC. Notamment, celles sur « l’utilisation abusive des organismes à but non lucratif (OBNL) à des fins de financement du terrorisme en Afrique Centrale », sur le « financement du terrorisme en Afrique Centrale » et enfin sur « les nouveaux moyens de paiement et les défis de la lutte anti blanchiment des capitaux et contre le financement du terrorisme dans la Zone CEMAC ».

Le Secrétaire Permanent a poursuivi en disant que si le rôle du GABAC est celui décliné plus haut, la lutte anti blanchiment et contre le financement du terrorisme repose au plan opérationnel sur les Agences Nationales d’Investigation Financière (ANIF) ». De ce fait, le rôle de ces entités est tel que le renforcement de leurs capacités est une impérieuse nécessité.

S’agissant de l’ANIF du Gabon, le GABAC souhaiterait que la dynamique insufflée par le nouveau Directeur Général soit mieux accompagnée par les pouvoirs publics de la Républiques Gabonaises.

Le Secrétaire Permanent a, ensuite, informé son interlocuteur de l’adoption par le Comité Ministériel d’une Directive portant création, composition, attributions et fonctionnement du comité  de coordination  des politiques nationales de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massive dans chaque Etat membre de la CEMAC  et souhaité que le Gabon crée son comité national de coordination dans le cadre de la mise en œuvre de cet instrument juridique communautaire.

Enfin, le premier responsable du GABAC a porté à la connaissance du membre du gouvernement Gabonais de la volonté exprimée par la République Démocratique du Congo (RDC) d’adhérer au GABAC en qualité de membre associé et a sollicité le soutien des autorités Gabonaises à cette démarche.

Répondant à son interlocuteur, son Excellence, Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale chargé des Gabonais de l’Etranger, s’est réjoui de la relocalisation du GABAC à Libreville.

Parlant du blanchiment, le membre du gouvernement Gabonais a marqué la volonté du gouvernement de son pays à s’impliquer dans la lutte contre cette forme de délinquance qui concerne des flux financiers suspects.

Le Ministre d’Etat Gabonais a ensuite encouragé son interlocuteur à poursuivre le processus d’admission de la RDC au GABAC, auquel il s’est engagé à apporter son soutien.

Il s’est également engagé à œuvrer pour la création du comité de coordination des politiques de LAB/CFT de son pays.

Abordant la situation de la CRF de son pays, Monsieur le Ministre d’Etat a dit être au fait des missions de cette structure dont les actions ont été utiles pour retracer les circuits financiers illicites.

  1. De la cérémonie de signature de l’Accord de siège entre le gouvernement de la République Gabonaise et le GABAC

Echange des documents entre les deux Plénipotentiaires

Suite à la publication de l’Acte Additionnel n°02/15-CEMAC –CCE 12 du 16 juillet 2015 portant du siège du GABAC à Libreville (République Gabonaise) et, conformément aux usages diplomatiques en la matière, un projet d’Accord de siège a été convenu entre le gouvernement de la République Gabonaise et le GABAC.

La cérémonie, qui s’est tenue dans la salle de conférence du Ministère des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale chargé des Gabonais de l’Etranger, marquait le couronnement d’un processus qui a débuté en 2015. Il s’agissait, en effet, de la signature de l’Accord de siège par les deux parties représentées par leurs plénipotentiaires, respectivement Messieurs Pacôme BOUBELET BOUBEYA et Désiré Geoffroy MBOCK.

A cette occasion, le Ministre d’Etat a déclaré « qu’en acceptant d’héberger l’une des plus prestigieuses Institutions de la sous région, [la République Gabonaise] a voulu partager avec l’ensemble de la Communauté de l’Afrique Centrale, un aspect de son appartenance à cette dernière ainsi que, son ancrage aux buts et principes qui fondent le GABAC, à savoir, la lutte contre le blanchiment d’argent et des produits du crime et contre le financement du terrorisme et la prolifération des armes [de destruction massive] ».

Quant à lui, après avoir brièvement évoqué les missions du GABAC et fait état des réalisations de cette Institution, le Secrétaire Permanent a engagé le GABAC à toujours faire davantage pour permettre aux Etats membres d’endiguer le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.