GABAC

Le Président Denis SASSOU NGUESSO honore le GABAC

A la suite de la signature de l’accord marquant l’admission de la République Démocratique du Congo au sein du Groupe d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique Centrale (GABAC) en qualité de Membre associé, le Secrétaire Permanent du GABAC et à travers lui, l’ensemble du personnel du Secrétariat Permanent, a été honoré par son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo, au travers de la médaille de Commandeur dans l’ordre du Mérite Congolais, l’une des plus hautes distinctions honorifiques de ce pays, décernée à l’intéressé. Marquant ainsi au nom de ses pairs, la satisfaction de la Communauté au regard des avancées notables qu’a connu l’Institution dans l’exécution de ses missions depuis 2013.

En effet, au terme de ces cinq dernières années, le Secrétariat Permanent du GABAC peut se féliciter de l’impulsion qu’il a donnée pour atteindre les résultats suivants aux plans :

Institutionnel :

  • Relocalisation du siège du GABAC ;
  • Densification de ses ressources humaines par le recrutement de personnels hautement qualifiés issus des six Etats membres ;
  • Adoption et mise en œuvre automatisée d’un manuel de procédures administratives, financières et comptables pour assurer une gestion transparentes des ressources tant humaines que financières de l’Institution ;
  • Adoption d’un Règlement intérieur du GABAC d’une part, pour clarifier la répartition des rôles entre l’organe de Décision (la plénière des Membres) et l’organe d’exécution (le Secrétariat Permanent) et d’autre part, pour arrimer le fonctionnement du GABAC aux standards requis par le GAFI en ce qui concerne les organismes régionaux de type GAFI (ORTG) ;
  • Mise en place de la Commission Technique du GABAC, instance du Secrétariat Permanent chargé, de statuer sur les rapports des évaluations mutuelles et des exercices de typologies et sur d’autres sujets qui se réunit à un rythme régulier de deux fois par an ;
  • Adhésion de la République Démocratique du Congo en qualité de Membre associé du GABAC.

Du dispositif juridique communautaire en matière de lutte anti blanchiment et contre le financement du terrorisme :

  • Adoption du Règlement portant prévention et répression du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme et de la prolifération en Afrique Centrale ;
  • Adoption du manuel des procédures du second cycle d’évaluations mutuelles des Etats membres ;
  • Adoption de la Directive relative au modèle de texte portant création, organisation et fonctionnement du Comité de Coordination des politiques nationales de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération dans chaque Etat membre du GABAC ;
  • Adoption de la Directive relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et de la prolifération par le biais des organismes à but non lucratif dans les Etats membres du GABAC.

Des études et autres recherches :

Le Secrétariat Permanent a conduit trois exercices de typologies qui, au regard des recommandations faites à l’issue de chacun d’eux, devraient en plus des textes communautaires adoptés par le Comité Ministériel de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC), permettre aux Etats et Institutions sous régionales de prendre les mesures nécessaires pour minimiser les risques de blanchiment d’argent et/ou de financement du terrorisme identifiés. Il s’agit des exercices de typologies sur « l’utilisation abusive des organismes à but non lucratif à des fins de financement du terrorisme », sur « le financement du terrorisme en Afrique Centrale » et sur « les nouveaux moyens de paiement face aux défis du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme dans la zone CEMAC ».

De l’évaluation des dispositifs en matière de lutte anti blanchiment et contre le financement du terrorisme des Etats membres :

Débuté sous l’égide du GABAC en 2012, après que le Cameroun et la République Centrafricaine avait été évalué par la Banque Mondiale en 2008 et 2010 respectivement, le premier cycle d’évaluation mutuelle des Etats de la CEMAC a connu son terme en 2016 avec l’évaluation mutuelle de la Guinée Equatoriale. Depuis lors, les Etats membres font l’objet d’un suivi de la mise en œuvre des recommandations contenues dans chacun de leur rapport d’évaluation mutuelle.

Du renforcement des capacités des personnels des administrations et des autres acteurs de la lutte anti blanchiment :

S’agissant du renforcement des capacités des personnels des ANIF, des autres administrations et des autres acteurs concernés par la lutte anti blanchiment et de l’appui technique aux Etats, le Secrétariat Permanent du GABAC a organisé une série de séminaires de formation et de sensibilisation à l’intention d’environ 1.000 (mille) personnes depuis 2013.

Les activités y relatives ont porté sur quelques des thèmes suivants : techniques appliqués d’enquêtes financières, le financement du terrorisme en Afrique Centrale, risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme inhérents au commerce illicite des pierres et métaux précieux, les techniques boursières…

Afin de préserver les acquis et de rendre irréversible l’appropriation de la problématique de la lutte anti blanchiment et contre le financement du terrorisme par les différents acteurs concernés, le Secrétariat Permanent a élaboré et fait adopté par la plénière du GABAC, un plan d’actions pluriannuel évalué à FCFA 7.724.000.000 (sept milliards sept cent vingt quatre millions). Plan d’actions dont le financement pour moitié par la Banque Mondiale devrait pouvoir être considéré comme acquis.

De la coopération avec les institutions régionales et internationales :

Les différentes actions ci-dessus évoquées ont pour conséquence, de donner une plus grande visibilité à l’Institution et dons, à susciter une sollicitation accrue du GABAC.

C’est ainsi qu’il prend une part active au Comité de Stabilité Financière de l’Afrique Centrale (CSF-AC), au Comité de Pilotage des Réformes économiques et financières de la CEMAC (PREF-CEMAC) de même qu’il est désormais associé à toutes les réflexions menées par les autres Institutions de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC).

Sur le plan international, après une période probatoire au cours de laquelle il en a été observateur durant la période de 2012 à 2015, le GABAC s’est vu reconnaître de Membre associé du GAFI en octobre 2015. A ce titre, il a été un interlocuteur apprécié pour l’étude conjointe GAFI-GABAC-GIABA sur le financement du terrorisme en Afrique Centrale et de l’Ouest.

Quant au Groupe Egmont qui l’organe faitier du réseau mondial des cellules de renseignement financier (équivalent des ANIF), le GABAC en est devenu observateur en avril 2014 du fait de sa participation et de ses contributions actives lors des plénières de cet organisme.

Pour ce qui est de l’ONUDC, le GABAC bénéficie de l’assistance technique de cet organe des Nations Unies depuis 2015.

Enfin, la coopération instaurée avec le GIABA a permis de bénéficier du cadre offert par ce dernier et par les cellules de renseignement financier de l’Afrique de l’Ouest pour le renforcement des capacités de certains personnels des administrations des Etats de la CEMAC.

Le Secrétaire Permanent du GABAC et l’ensemble du personnel du Secrétariat saisissent cette opportunité pour adresser leurs sincères remerciements à Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo, pour l’insigne honneur qu’il a voulu leur faire.

Le Secrétaire Permanent voudrait par la même occasion, remercier toutes les institutions partenaires sans lesquelles, les progrès accomplis n’auraient tout simplement pas été possibles. Il s’agit du Secrétariat du GAFI, de la Banque Mondiale, de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), du Comité de Liaison Anti Blanchiment de la Zone Franc (CLAB), du GIABA et de la Direction Générale du Trésor de la République Française.

Le Secrétaire Permanent n’oublie pas que les Directeurs des Agences Nationales d’Investigation Financières, les membres de la Commission Technique du GABAC et des différents groupes de travail et consultants ayant conduit les différents exercices de typologies ont eu une part décisive dans les avancées du GABAC et les en remercie.

MBOCK Désiré Geoffroy

Secrétaire Permanent du GABAC